CHAMBRE D'HOTES LEONARDO DA VINCI

QUOI FAIRE A' FLORENCE...
...A' PART VISITER LES MUSEES DE UFFIZI, PITTI ETC.,
Dans toutes les saisons il y a bien sur beaucoup de choses à faire à Florence, comme aller visiter ses extraordinaires musées célèbres partout dans le monde. Mais ici nous, on a envie de vous conseiller des itinéraires véritablement spéciales, qui ne sont pas connues par toutes les voyageurs qui visitent Florence. On est à votre disposition pour vous signaler d'autres itinéraires et parcours en ville et dans ses proches environs, si vous désirez, comme il y en a bien d'autres.
blocks_image
La Place Michelangelo (il Piazzale Michelangelo, ou, comme tout le monde dit à Florence, "il Piazzale", est le point de départ et d'arrivé de toute une série de splendides itinéraires sur les collines à sud de la ville.
ITINERAIRE N. 1
Ce premier itinéraire suit un parcours qui du Ponte Vecchio monte vers la colline du Forte di Belvedere. De là on arrive à l'église de San Miniato al Monte et au Piazzale Michelangelo; d'ici, vous pouvez rentrer à notre chambre d'hôtes avec le bus numéro 12 ou le bus numéro 13.
Le Ponte Vecchio est un de monuments plus extraordinaires de la ville, et à cause de cela il est très visité. Mais juste à coté, il y a une zone moins connue, et de la même beauté, qui monte vers les collines tout autour de la ville.
blocks_image
Cette étroite rue qui commence sous ce arc, à l'intérieur du Palais Bargagli-Petrucci, c'est "Costa de' Magnoli".
Le parcours commence au Ponte Vecchio, coté "oltrarno" (rive gauche). Prenez Via de' Bardi, après quelques mètres vous trouvez un arc, prenez la rue qui commence là, Costa de' Magnoli. Cette rue est en forte pente; après un carrefour, continuez tout droit sur Costa San Giorgio.
blocks_image
Au carrefour, au milieu des édifices du moyen-âge, s'ouvre ce coin de la ville.
Au numéro 17 de Costa San Giorgio, la maison de Galileo; le grand scientifique avait l'habitude d'accueillir ici le Grand-duc Ferdinando II de' Medici, qui a été un vaillant défenseur de Galileo.
blocks_image
La maison de Galileo, où il habitait avant de déménager à Arcetri.
Au sommet de la colline vous trouverez Porta San Giorgio. Cette porte, attribuée à Andrea dell'Orcagna, fait partie des fortifications moyenâgeuses, qui dans la rive gauche de la ville sont encore présents - autrement que dans la rive droite, où elles ont été détruites. A' coté de la porte, l'imposant Forte di Belvedere (actuellement fermé au public).
blocks_image
Palazzo Pitti, le Jardin de Boboli et le Forte di Belvedere, ce dernier haut sur la colline à gauche, dans cette "lunette" de Giusto Utens (environ 1599)
Le Forte di Belvedere est caractérisé par la splendide Palazzina qui, placé en position panoramique, est visible par toute la ville; l'architecte de la Palazzina et du Forte est Bernardo Buontalenti, exceptionnel artiste, polyédrique, et fameux aussi pour ses glaces - il y a encore à nos jours, dans le glaceries florentines, une délicieuse crème qui porte son nom.
Dehors porte San Giorgio prenez via San Leonardo; elle est une des rues plus spéciales de Florence, et parmi les plus aimées par le florentines; à coté de cette rue, on trouve presque entièrement des anciennes murettes "a secco", avec des pierres; il s'agit déjà, en effet, d'une rue de campagne, tracé entre champs de oliviers, potagers et d'autres cultures. On est hors ville et pratiquement dans la campagne toscane, à dix minutes à peine du Ponte Vecchio.
blocks_image
Via San Leonardo et au fond la Palazzina de Forte di Belvedere.
blocks_image
Via San Leonardo. Graphite sur papier. Elisabetta Brogi
Au carrefour avec Viale Galileo prenez à gauche. Ce boulevard fait partie d'une série de boulevard qui par les habitants de Florence sont toutes vite appelés comme "viale dei colli", boulevard des collines, même si en effet le nom change selon la partie; ici, précisément le boulevard prend le nom de Galileo. C'est une de bout les plus panoramique de toute Florence, avec des coins splendides sur la ville. Apres un KM prenez à droite en Via delle Porte Sante, vers la Basilique de San Miniato al Monte qui est une des plus belles et plus anciennes églises de Florence.
blocks_image
blocks_image
L'église, chef d'oeuvre du roman, remonte au 1013. On ne s'attarde ici dans d'autres explications vu que il y en a en abondance dans toutes les guides de Florence; on signale juste que à coté de l'église, il y a un petit magasin où on peut trouver des très bonnes liqueurs et bonbons des moines de l'Ordre du Mont-Olivet qui y résident, c'est d'ailleurs un de ces liqueurs qu'on donne, à la fin de dîners de notre chambre d'hôtes: la Flora de Monteoliveto (infusion de 23 herbes aromatiques).
Tout proche de San Miniato il y a Place Michelangelo, d'où vous pouvez rentrer à notre Chambre d'Hôtes avec les bus numéro 12 ou numéro 13.
blocks_image
ITINERAIRE N. 2
Un parcours très proche de notre chambre d'hôtes, à réaliser entièrement à pied; des places et des coins très beaux de Florence; et quelques musées parfois populaires, parfois moins connues - mais pas moins intéressantes - et des cafés et restaurants parmi les meilleurs de la ville.
La balade commence de notre chambre d'hôtes, via Leonardo da Vinci 13... comme vous sortez, prenez à droite et dans un instant vous êtes en Piazza Savonarola. Dans cette place, avec ses édifices et son jardin en beau style fin XIX - début XX siècle, le bâtiment le plus remarquable c'est peut-être la Galleria Rinaldo Carnielo, en style Liberty; elle abrite les ouvres du sculpteur vénitien, à qui on doit aussi le dessin de la façade. Au coin de la place avec la Via Buonvicini, prenez pour la même Via Buonvicini et après quelques pas vous êtes au carrefour avec les Boulevards de Florence, les "Viali". Traversez-les; le centre "historique" de Florence commence ici: en fait, les Boulevards ont été construites en 1800, en abattant les murs qui avaient protégé la ville pendant des siècles, comme on peut voir dans ce tableau.
blocks_image
De l'autre coté du Boulevard prenez tout droit Via Gino Capponi, au fond de la quelle on voit déjà le profil de la coupole du Duomo. Après une centaine de mètres, dans une rue sur la droite, Via Micheli au numéro 3, c'est l'entrée du "Giardino dei Semplici", le jardin botanique de Florence. Fondée en 1545 il est considéré comme le troisième plus ancien au monde. Le mot Semplici, "Simples", dérive du latin medicina simplex, synonyme de "herbes médicinales".
Horaire du musée: toutes les jours de 10 au 19.
Via Capponi se termine avec la place qui est, peut-être, la plus parfaite des places de Florence: Piazza Santissima Annunziata. Tout y est proportionné: les lignes visuelles des perspectives, les dimensions des édifices - parmi eux le Spedale degli Innocenti, chef-d'œuvre de Brunelleschi - et le placement des statues; chaque élément s'intègre avec les autres, en pleine équilibre réciproque.
Au numéro 1 de la place, un musée beaucoup moins visité des Offices ou du Palais Pitti, mais c'est dommage, parce que le Musée Archéologique de Florence contient des ouvres de grand valeur, surtout étrusques et romaines, et même des ouvres qui sont dans toutes les livres d'histoire de l'art comme la Chimère d'Arezzo ou la statue de l'Arringatore. En ce moment, il y a des travaux pour agrandir et améliorer les surfaces des expositions, tant les temporaires comme le permanentes... Dommage de toute façon que à la fin des travaux, bien que très agrandi, le musée n'aura pas assez d'espace pour montrer toutes les pièces qui sont dans son dépôt, vu qu'il y en a 100.000 pièces en toutes sortes, en provenance des fouilles dans toute la Toscane...
En Piazza Santissima Annunziata il y a les deux fontaines jumelles en bronze faites par Pietro Tacca, chef-d'oeuvres d'art maniériste; initialement prévues pour la ville de Livourne et à cause de cela au sujet marin, elles n'y seront jamais envoyées, parce que le Grand-duc frappé par leur beauté ordonna de le placer ici.
Près de la place en la rue qui mène à la cathédrale, Via dei Servi au numéro 112 rosso, il y Robiglio, l'un des meilleurs cafés de Florence, connu aussi pour son chocolat en tasse; en été il y a quelques tables en dehors, sur la rue, en hiver on peut se relaxer dans deux belles salles internes.
Tournez à droite dans Via degli Alfani. Dans cette rue, au numéro 78 il y a l'Opificio delle Pietre Dure, Office de la Pierre dure, autre institution historique et glorieuse. C'est un laboratoire de restauration d'oeuvres d'art du plus haut niveau. Il y a aussi un musée, petit mais très intéressant, avec de beaux objets faits de pierres précieuses.
Via degli Alfani, 78. Visite du musée: du lundi au samedi, de 8.15 à 14.00, dernier accès à 13.30. Fermé le 24 Juin.
Continuez par Via degli Alfani, vous arriverez sur la place du Conservatoire. Juste au coin de la place, l'Accademia, un musée plutôt petit - une quinzaine de salles - mais qui est, lui, l'un des musées plus visités en ville, et même au niveau national; chaque année, la Galerie de l'Académie c'est parmi le 5 musées plus visités d'Italie. Tout cela grâce au David de Michel-Ange, peut-être la statue plus célèbre de l'histoire de l'art.
Avec le David, dans le musée il y a beaucoup d'autres œuvres extraordinaires, entre autres, les Prisonniers de Michel-Ange, des tableaux de Ghirlandaio, Andrea del Sarto, Botticelli, Pontormo, et autres.
Après avoir quitté l'Académie, tourner à droite, vous êtes dans Piazza San Marco. Voici un autre musée moins connu de la Galerie des Offices ou de l'Accademia, mais tout à fait à voir: le Musée de San Marco, qui a la plus grande collection au monde de peintures de Fra' Angelico, y compris sa célèbre Annonciation.
Le musée est à voir aussi par sa beauté architecturale, avec ses cloîtres et une splendide bibliothèque.
De Piazza San Marco prenez Via degli Arazzieri, au premier carrefour tournez à droite. Cela c'est Via San Gallo, la rue utilisée au passé pour atteindre le centre de la ville en provenance du nord; d'ailleurs, Via San Gallo était la prolongation de l'ancien cardo maximus romain, et donc de la rue qui menait tout droit au centre de l'ancien forum, devenu au moyen âge la place du marchais principal de Florence (aujourd'hui Piazza della Repubblica). Aujourd'hui, le flux des piétons (et de la circulation, bus et voitures) passe plutôt par Via Cavour, et donc Via San Gallo est devenue un quartier calme, presque marginal; mais la rue conserve tous les signes de l'importance d'autrefois, y compris une série presque continue de beaux bâtiments. Sur la droite, au début de la rue, il y a la Loggia dei Tessitori, la Loge des Tisserands, attribuée à Giuliano da Sangallo; plus avant, l'église de San Giovannino dei Cavalieri, XVI siècle, avec les armoires des Chevaliers de Malte.
Au numéro 74, inconnu de la plupart des gens, le Palazzo Pandolfini, conçue par Raphaël par la même famille Pandolfini qui est sa propriétaire encore aujourd'hui.
La route se termine en Piazza della Libertà, aujourd'hui traversée par les Boulevards, "i Viali". La place a été l'une des plus aboutie dans le réaménagement réalisé au dix-neuvième siècle par l'architecte Poggi, qui, comme dit auparavant, abattit l'enceinte médiévale n'en laissant debout que les portes; il avait à l'époque beaucoup de polémiques et en fait avec la perspective de aujourd'hui l'intervention parait une claire erreur en principe, mais en toutes ces destructions, Piazza della Libertà a été l'une des choses des plus réussis dans le réaménagement qui a été donné, avec la porte de San Gallo et l'Arc des Lorraines entourés de tous côtés par une rangée serrée d'arcades, qui se réfère à celle de la place de la Santissima Annunziata. On dit que Piazza della Libertà, avec son sens de vastitude et de renvoi au monde classique, ne déplaisait pas au peintre métaphysique De Chirico.
La porte médiévale de San Gallo, et en arriere-plan l'arc de triomphe des Lorraines, construite à l'arrivée à Florence du premier Grand-duc de Lorraine, à la fin de la dynastie des Médicis en 1738
De Piazza della Libertà, Via Leonardo da Vinci c'est tout proche.
blocks_image
La Chimère d'Arezzo, splendide statue étrusque en bronze de ce monstre mythologique, dans l'acte de menacer Bellérophon; et au fond la statue toujours étrusque de "l'Arringatore", l'orateur, fermé au moment où il demande du silence au public, dans la salle à eux dédié au Musée Archéologique national de Florence
blocks_image
Une des deux fontaines des monstres marins de Pietro Tacca (1629)
blocks_image
blocks_image
blocks_image
Fra' Angelico, Annunciazione, 1443, Firenze, Museo di San Marco
blocks_image
blocks_image
blocks_image
Piazza Santissima Annunziata sur Google Maps
L'histoire de l'Opificio c'est l'histoire d'un laboratoire né en 1588 pour la réalisation et la production d'oeuvres d'art, et après devenu, à fin XIXe siècle, essentiellement un laboratoire de restauration d'objets d'art en tout sorte, ce qui est toujours.
Cette vidéo documente l'activité de restauration d'art, du plus haut niveau, des spécialistes de l'Opificio, qui sont les meilleurs restaurateurs d'Italie; pour la restauration d'art, Florence est toujours un centre d'importance mondiale, pas seulement avec l'Opificio mais aussi par la présence en ville de plusieurs laboratoires privés et de beaucoup de professionnels, qui reçoivent des commissions en provenance du monde entier. C'est le case pour exemple de la statue d'
athlète de la Croatie, restauré par un spécialiste en restauration de statues en bronze, qui par d'ailleurs est notre voisin de maison ici en via Leonardo da Vinci...
blocks_image
Partie d'une émission de France 3 dédié au travail de l'Opificio de Florence
blocks_image
Perugino, Retable de Vallombrosa, Galleria dell'Accademia
blocks_image
Piazza della Santissima Annunziata, avec l'église homonyme; à droite le Spedale degli Innocenti, dessiné par Brunelleschi, le tout premier édifice conçu avec les idéales de la Renaissance
Peu après Palazzo Pandolfini, toujours à droite de la rue, le restaurant Da Tito, avec ses spécialités de la cuisine toscane, et aussi une des plus connues: le bifteck à la florentine, préparé en ce restaurant comme il faut... c'est à dire saignant!
Foto di Antica Trattoria
Questa foto di Antica Trattoria "da Tito" dal 1913 è offerta da TripAdvisor.